Le Dadès – Restaurant couscous tagines – Bordeaux

Où : Place du Maucaillou
Tél : ?
Ouvert tous les jours à midi, le soir assez souvent

D’un côté une folle, de l’autre un carnassier. Il en est de ces dimanches de mai où l’on se demande quand s’arrêtera le cauchemar, tout en sachant intérieurement que c’est pas pour demain la veille. En ces moments là voir du monde et profiter d’une terrasse au soleil sont une absolue nécessité, mieux, un remède ! Histoire de tenter d’oublier à quel point notre république bananière est aussi dépressogène que décevante.

Allez, va rêver au Dadès, p’tit restau populaire de quartier qui propose une cuisine d’influence nord africaine (couscous, tagines, khebab), ça c’est pour la folle, un établissement positionné à l’exacte opposé des chaines/franchises de merde qui envahissent progressivement notre quotidien, ça c’est pour le carnassier et ses copains.

Carte courte, cuisine excellente à tous les prix : soupe berbère 3,5€ (existe en veg), couscous entre 7€ (végétarien) et 9/12€ en version classique (boeuf, poulet, agneau ou merguez), tagines entre 8€ (veg) et 10€, côtelette d’agneau 10€, assiette khebab à 8€, sandwich khebab avec frites à part 5,5€. Quel que soit le plat il sera beau et bon et tu seras repu ! Pinard carafe 8€ le 1/2 pour faire descendre. Et au cas où, pour les straight edge, thé à la menthe sympa.

Petite salle en hiver ou s’il flotte, terrasse ensoleillée le reste du temps, à côté d’un espace de jeu pour enfants (oui tu peux picoler en toute quiétude tes gamins seront à 10 mètres de toi, un luxe rare).

Et pour avoir déjà pratiqué, en plein été à 20 heures devant un tagine accompagné d’un pichtron de rosé c’est juste l’extase. Une extase accessible à tous, à toutes, démocratique quoi, pour une fois. Le genre de pépite dont on espère ardemment qu’elle restera telle quelle dans un quartier en marche (sic) vers la gentrification vitesse grand V.

Publicités
Tagué , ,

Restaurant Champoreau – Bordeaux

Où : 40 rue Traversanne
Tél : 05 56 31 96 48
Ouvert du mardi au dimanche midi

Le Roi est mort, vive le roi !! Sur les décombres encore fumants de Casa Pino s’est crée un nouveau restau bien cool : le « Champoreau ». Façade ravalée, intérieur déco revue à la hausse, tout bien bien avec des petites lampes basse tension…
Niveau miam miam c’est bien, franchement bien ! Genre si tu veux inviter ta meuf (ou ton keuf) pour un p’tit moment intime c’est parfait. Tu peux fêter la Saint Valentin, ses 30/40/50 (la loose), la Saint mardi, ou lui annoncer que t’as déjà 2 gosses, dans tous les cas ça va le faire !

Entrée plat dessert + vin + café à 13€ le midi (sauf lundi, samedi et dimanche donc) pour une cuisine maison vraiment excellente… Entrées : velouté de panais, pâté maison, oeuf mimo, asperges vinaigrettes, et pour les plats : brandade, grillade, poisson, endives jambon/bécham. Et si t’as toujours de la place, jolis desserts : oeufs au lait, compote, éclair chantilly.

Voila une chouette adresse à tester au plus vite, le pinard est cool aussi (7,5€ le 1/2 en supplément ou 13€ le litre)

A noter, si t’as gagné au Kéno tu peux y aller aussi le soir : menu à 18,5€ (hors boisson et café), et le prix du pichtron reste le même. Donc, si vraiment tu dois lui annoncer que c’est pas 2 gosses mais 3, la ptite ambiance du soir aidera à faire passer la pilule…

Service très sympa, elles sont cools et efficaces les nanas.

Tagué

Restaurant africain – Bordeaux centre – « bzne z’n snvg eêire ».rot13

Où ? 500 mètres de rayon autour des Capus.
Tél : Inconnu et inutile
Ouvert du mardi au dimanche, de 12h à 20h et quelques

Quelqu’un m’a dit qu’il connaissait quelqu’un dont l’ami du cousin avait passé un bon moment dans un lieu à l’esprit guinguette, en plein Bordeaux. Oui, une guinguette africaine !! Topo viteuf : Une petite cour, des tables, un abri, un barbeuq, dans un coin absolument improbable. Improbable signifie « Quoi ? Là ? Mais attends je suis passé dans la rue des dizaines de fois, j’aurais jamais imaginé que… » Et be wé. C’est là. C’est caché c’est pour ça que tu connais pas, et c’est pour ça qu’il va falloir que tu te trouves un pote geek pour décoder les infos.

Le cuistot fait griller du poulet, du mouton ou du poisson, ça arrive servi avec du riz, des oignons, du piment et de la salade. 11€ le poulet, 12€ le mouton et la poiscaille. Portions généreuses, t’es calé à la fin, rien à dire. 2,5€ le verre de rouge/blanc, 12€ la bouteille. P’tite musique afro cubaine en fond et régulièrement des concerts. Yes. Sous l’auvent, parfois ça joue. J’ai assisté à un set et c’était vraiment cool.

Et puis le patron et le cuistot sont vraiment très très très sympas.

Bon, tu veux plus d’infos ? Comme une adresse ou un truc du genre ? Ok. 696d7061737365207361696e74206a65616e

C’est au fond, à droite.

Rien n’est acquis, rien n’est facile, tout se mérite. Sois tu bois tes pintes dans le repère à moutons, soit tu cherches. Et si tu cherches tu trouves. Bordeaux ville (d’étudiants école-commerce | de bobos dans des logements peau de mes couilles) ? Oui. Mais pas que.

Si tu repères l’endroit tu en parles PAS ! Ok ? A personne !! Et pitié, si t’as des potes un peu boulets qui commencent à mauvaisement se lâcher au 4ème verre tu les envoies se bourrer la tronche ailleurs, hein ? C’est pour eux, pour leur bien être…

Tagué , ,

Restaurant le Paradise – Bordeaux

Place Simiot
Tél : 05 56 94 50 46
Ouvert le midi et le soir, tous les jours

Si t’es étudiant en fac t’es déjà passé par Bergonié. Mais si ! En tram.
Là, tu vois cette station où y a rien à part une pharmacie et un carrouf ? Bon, ok, c’est un peu le no man’s land : au nord, les plaines infernales peuplées de zombies et au sud la barrière ultime, pays des Orcs culs de jatte.

Eh bien je vais faire une prévision, ma bouboule magique me dit que tu vas aller y faire un tour parce qu’en cherchant bien on trouve dans le quartier un restaurant portugais tout à fait sympathique et pas cher ! En t’éloignant de Bergonié par l’Est tu atteindras la place Simiot, une place hors du temps, complètement oubliée de tous avec ses platanes, sa géométrie classique et son aire de jeu pour enfants (ou pour cabots c’est selon).
La place Simiot on y a va même pas par hasard tellement elle est absente des anciennes cartes. Par contre si tu es aventureux, et tu l’es, alors tes efforts seront récompensés par un repas copieux et bien arrosé au « Paradise », restaurant familial ouvert depuis tellement longtemps qu’une gravure romaine le mentionne au musée d’aquitaine de la manière suivante : Paradisium Miamum Glougloutem.

Le restau est tenu par une p’tite famille qui propose un menu à 13€ incluant
– une entrée (ex. crevettes mayo, paté, crudités) et on peut se resservir tant qu’on vide pas le frigo
– un plat (j’ai pu gouter du roti, du poisson, c’était miam)
– un dessert (flan maison super bon)
– du vin rouge ou rosé

Et bien entendu le menu est également proposé le soir ce qui en fait une bonne affaire pour les morfales fauchés que nous sommes. Je te rappelle que la place de la Victoire est à 3 minutes en vélo ! Dépayse toi au lieu de bouffer du khébab ou des burgers industriels. Hein ?

Allez, tant qu’il y en a encore faites bosser les petits commerces et n’oubliez pas de boycotter Starbuck et ses amis comme il se doit.

2016 année de la …

8-Crazy-Pictures-Funny-Faces-While-Jumping-Into-the-Water

Bon bordel à tous, 37000 vues et plus en 2015 !! 50000 l’année prochaine ? Ca donnerait 25000 gaga (selon les ratios de stat fournis par wordpress mon chéri point com) qui sortent le soir, qui fument et qui fument et qui fument, et qui mangent, mangent, mangent, boivent, boivent, boivent. Si tant est que Bordeaux ne devient pas définitivement un musée/dortoir/baisodrome pour p’tites familles avec des blondinets dans des carioles hollandaises, et ils sont nombreux à y travailler, ça peut le faire. En 2017, je sais pas, mais en 2018, il y aura peut-être un Starbuck à saint mich’, les sex shop et les cabines de lap dance de la gare ne seront plus qu’un vague souvenir au creux d’une main. La mort aura tué la ville et mon blog par la même occasion. Elle aura bien tué Lemmy, alors…

En attendant, Inch’Allah tout le monde.

Chez Georges – Cantine Portugaise – Bordeaux

53 rue des Faures – Place Saint Michel
Tél : Aucun, pas de résa
Ouvert le midi du mardi au dimanche et (sauf erreur) mercredi et jeudi soirs

Vas-y… Vas-y manger ton assiette de fromage pur machin, ton verre de pif total cuvée spéciale, le tout pour 13 balles, tellement garnie que 15 minutes plus tard tu remets ça, en qu’en fin de soirée t’as plus qu’à aller tapiner au bout du boulevard Jean Jacques Bosc pour renflouer ton compte. Vas-y dans les petits endroits so cool, so cozy, ambiance relax, voire vintage, totalement factices, de « l’authentique » complètement reconstitué. Y a deux trois trucs qui peuvent t’éviter d’y mettre les pieds : si le nom de l’endroit est en anglais : casse-toi. Si le nom de l’endroit est un jeu de mot : casse toi. Si tu vois des hypster, des théatreux ou des mecs avec des gueules d’architectes : casse-toi. Si le nom est exotique et que les tarifs sont prohibitifs : casse-toi. Bon, ok, pour le dernier cas tu te casses même si c’est pas exotique.

Voila, ouf. On respire. Si ce dont je viens te parler te file des boutons, parce que ça voudrait dire qu’on vit dans une société Ikéisée à l’extrême, alors j’ai une solution pour toi. Tu veux une cantine ? Une vraie ? Avec des habitués qui matent la télé, des toiles cirées parce que c’est pratique et non pas parce que ça fait cool et à bouffer suffisamment pour sauter le repas suivant ? Ok. VA CHEZ GEORGES.

Tarifs ? Y a pas plus simple : 11€ = soupe, entrée, plat, dessert et un excellent pinard Portugais – Attends, le vin c’est un demi (litre, coco) par personne.

Donc, moi j’te dis. Tu peux aller frimer avec tes potes et partager 2 demi portions à 4 histoire de consacrer tout le budget restant aux quelques verres de vin que tu dégusteras avec la lenteur la plus extrême. Ou alors, ou alors, tu rentres chez Georges. Ca paye pas de mine ? T’as jamais osé ? Et beh t’as tord. Suis le comptoir, dis bonjour au patron, pas sûr qu’il te réponde, monte à l’étage, re-dis bonjour à la dame et trouve une table.

4/5 entrées au choix (museau, oeufs mayo, saumon, crudités, etc.), 4/5 plats au choix (faux-filet, poiscaille, lomo, ventrèche), parfois de la morue (fort bonne), et en accompagnement des patates au four, des patates vapeur, des frites, des haricots, du riz ou de la salade. 2/3 desserts pas souvent maison, mais personne ne te mentira sur leur origine. Et, honnêtement la tarte aux pommes elle descend toute seule.

Un dernier mot sur le service : sympa, la nana est très marrante, des fois assez speed, alors la fais pas chier, mais tu verras qu’en discutant un peu tu vas te faire un p’tit trip dépaysant parce que comme elle est portugaise, elle a l’accent qui va bien.

Allez file, VA CHEZ GEORGES.

Tagué ,

Bistrot Rigoletto – Restaurant italien – Bordeaux

18 Rue Parlement Sainte-Catherine
Tél : 05 56 51 76 40
Ouvert du mardi au samedi

La première chose que l’on remarque quand on arrive au Rigoletto ce sont les tatouages qu’arbore son propriétaire, Vincent. Des pieds jusqu’à la racine des cheveux il est couvert de tatoo aux motifs Maori qui, d’après la légende, évoquent chacun un évènement de sa vie. Anar de chez Anar, ne lui parlez ni de politique, ni d’économie, il s’en contre fout. Ca l’empêche pas d’être très sympa, d’un abord facile il va te tutoyer avant même que tu aies eu le temps de réfléchir. Et du coup, comme il doit pas aimer la dictature soft du big business qui broie les consciences à coup de crédits variables eh bien Rigoletto pratique des tarifs raisonnables pour une cuisine d’inspiration italienne : salades, pâtes, pizza, lasagnes et compagnie.

Monsieur RG, pouvez-vous nous donner quelques indications de prix ? Bien sûr, laissez moi fouiller mon dossier classifié :

Salades repas, entre 10€ et 12€ (mention spéciale pour la salade du bistrot : gratin d’aubergines, melon, serrano, feta, et d’autres ingrédients que j’ai zappé, servie dans une très assiette, aussi grande que jolie)
Pâtes en veux-tu en voila, à toutes les sauces : 10€
Pizze (oui on dit pizze et pas pizzas) : entre 10€ et 11€
Lasagnes bolognaises et bolognaises courgettes : 10€
Desserts : 4,5€

Egalement un menu à 16€, constitué d’une entrée (carpaccio de boeuf ou quelques salades) puis de pâtes au choix, ou une pizza au choix ou des lasagnes (mais pas de dessert).

Voila… Rigoletto c’est une petite adresse comme on en trouve presque plus à Saint Pierre (pour ceux qui ne connaissent pas Bordeaux c’est le quartier touristique par excellence, vous imaginez sans doute ce que ça signifie en terme de tarifs, d’amabilité et de cuisine d’assemblage). Evidemment tous les tarifs énoncés ci-dessus sont valables le soir également.

Tagué , ,

Chez Tantie Jeanne – Restaurant africain – Bordeaux

Place des capucins
Tél : 07 60 54 83 66
Ouvert : souvent
Paiement : cash

Ah tiens, j’ai trouvé un nouvel endroit bien bordélique pour contrer la gentrification du coin : chez Tantie Jeanne (ou Tatie), un restau africain dont le taulier, que tout le monde appelle « Tonton », aurait comme un fort accent des Antilles ! Terrasse parfois bondée, clientèle 100% bigarrée j’ai adoré l’ambiance foutraque, ça nous change des stands de produits italiens/espagnols/de la mer super snobs qui commencent à grouiller dans les capus.

La cuisine est simple mais bonne. Nous avons testé le poulet yassa et le boeuf maffé, assiette terminée mission accomplie. Ne cherchez pas une carte à rallonge il n’y a que quelques plats et c’est pas plus mal.

Tarifs popu : 10€ le plat, et 10€ la bouteille de rouge (un vin de table tout à fait correct, j’en ai bu des pires pour plus cher)

Testé en soirée avec une arrivée relativement tardive (22 heures) j’y retournerai une seconde fois – et pourquoi pas un midi au soleil (on a dit midi pas lundi, ta gueule Claude !)…

Tagué ,

Chez Jean Mi – Café et Restaurant – Bordeaux

Marché des Capucins
Tél : Aucune idée
Ouvert tous les jours sauf le lundi
Règlements : comme tu veux

Les fruits de mer c’est devenu un peu le truc prout prout très tendance. Les poissonneries ouvrent des concepts stores, les restaus se transforment en épicerie, à quand des backroom à côté des chambres froides, arrosées de newwave / coldwave ?
Depuis 5 ans j’ai pas réussi à casser la croute dans un établissement proposant des fruits de mer sans y laisser une somme délirante. Quelques chichis par là, deux machins ici, une bouteille de blanc (la moins chère de la carte, Ma’ame) et c’est parti pour un tour sur Space Mountain.

Chez Jean-Mi c’est un bar, à l’intérieur du marché des Capucins, qui sert des casses dalles iodés tous les midis – et dont on peut profiter sans y laisser sa paye du mois. Et plus précisément qu’est à dire ?

– Assortiment de fruits de mer pour deux (crevettes, bulots, huitres, pinces de crabe) – on dit « un Amiral » : 21€
– Le même en 2 fois plus petit, pour les solitaires, la « Pinasse » : 11,5€
– Formules huitres (6 huitres + 1 verre de blanc) : 7€
– Portions 6 huitres, crevettes ou bulots : 5,9€

Et pour ceux qui tournent de l’oeil à la vue d’une huitre, assiette de Serano, de rillettes ou pâté du marché, charcuteries : entre 4,5€ et 5,5€.
Le plan absolu, c’est un Amiral et une bouteille d’entre deux mers. Fais des maths : (21€ + 12€) / 2 = 16,5€ t’es calé, et t’as bien picolé.

Le matin, jus de fruits frais à 2,7€ au cas où t’es pas rentré chez toi.

Avril 2015
Et hop, une augmentation des tarifs. L’amiral passe à 24€, le blanc sec de 12€ à 14€, le reste de la carte prend 1€ en moyenne. J’ai pas fait gaffe aux nouveaux prix du pinard.
Pour l’amiral et le pinard ça fait une augmentation de 15%, pas glop quand même, nos revenus ne suivent pas franchement la même tendance.

Chez Jean Mi est ouvert à partir de 6 heures du mat. En week-end je vous recommande soit d’arriver vers 11h, soit vers 14h. Entre les deux il peut y avoir pas mal d’attente (une queue leu leu), surtout le dimanche.

A chaque fois que j’y vais je prends un véritable shoot de bonheur. Les fruits de mer, le vin blanc, l’ambiance des capus… Franchement, pourvu que ça dure !

Tagué ,

25000 vues en 2014 !!

Record battu !

Merci Homer !

25000 vues, j’en reviens à peine moi même ! Cette multiplication par 2.5 par rapport à 2013 est une bonne surprise mais en même temps une p’tite source de stress – Je m’explique.

Depuis sa création ce blog a pour vocation de partager avec vous des plans pas chers et PRINCIPALEMENT des restaus accessibles en soirée, mais je suis bien obligé d’avouer que cela devient de plus en plus compliqué…

En l’espace de 5 ans j’ai bien souvent vu les prix augmenter dans des proportions beaucoup plus élevées que les salaires, les menus du soir disparaître ou se prendre 20%, les tapas exploser et certaines adresses fermer au profit de nouvelles qui calent leurs tarifs sur une grille « classe moyenne / boboland » (s’cusez de l’usage du mot mais je crois qu’il décrit bien ce dont je parle). En clair, le popu recule à grand pas. Quand un quartier voit bourgeonner les galeries d’art, le vintage artificiel, les boutiques de bières à 4€ la bouteille de 25cl et les bars à vin où une assiette de tranchettes de fromage grimpe à 8€ et un verre à 4€ on sait que la messe est dite, que la tendance générale est à la « gagne », à la rentabilité maximale. Il ne s’agit pas d’une histoire de taxes ou d’inflation (d’ailleurs historiquement basse) mais d’évolution des mentalités. A midi les restaus affichent des tarifs attractifs mais le soir, hop, on se met à planer. Pas bon, pas bon.

Exemple avec un restau style « bar de village », esprit cool, déco dans le jus, qui s’est ouvert l’année dernière et que je ne nommerai pas :

  • 1 tapa à deux. 3 feuilles de salade avec un p’tit bidule au milieu. Assez bon mais aussi calant qu’une ostie.
  • 2 plats
  • 2 carafes de rouge (la première ayant fait office d’apéro), pif au cubi correct sans plus
  • 1 dessert partagé

Total 56€ !  Putain. J’ai voulu tenter, ok j’étais pas obligé mais heu… je referai plus ! Sérieux ça représente un budget quasiment multiplié par 2 comparé à ce qu’il aurait fallu claquer 2 ans avant dans le même coin.

Bon. Alors on fait quoi ? On reste à la maison ? On fait plus que des bouffes entre potes (dans mon entourage c’est devenu hyper fréquent, on va de moins en moins au restau en bande) ? Et bien je me suis dit que si je voulais continuer à alimenter ce blog j’allais devoir adapter le critère de sélection des établissements : continuer à chercher et privilégier des plans du soir pas chers, mais aussi intégrer de nouvelles adresses « pas trop chères ». Pas le choix, c’est ça ou plier boutique – en tout cas dans l’hyper centre de Bordeaux. Je verrai bien ce que ça donne à l’usage !

Et pour finir, si des propriétaires d’établissements lisent mes petites histoires je voudrais leur dire ceci : je vois pas mal de lieux dont la fréquentation diminue ou carrément fermer et je suis persuadé qu’en cette période difficile la tentation de tarifs trop élevés est un pari risqué sur le long terme.

Allez, bonne année et bises à toutes et à tous !